STRUCTURE ET PHYSICOCHIMIE DES TENSIOACTIFS, LEURS IMPACTS SUR LA TOXICITE CUTANEE, LA FONCTION BARRIERE ET L’HYDRATATION CUTANEE

Etudiant :Emmanuelle LEMERY

Ecole doctorale :Array

Directeur ou Directrice :Bolzinger M.A., Briançon Stéphanie

Financement :CDD URGO

Date de la soutenance :20150323

Crèmes, shampooings, savons, gels douche, ces produits cosmétiques quotidiennement utilisés, ont en commun la présence d’une matière première essentielle à leur formulation, à savoir le tensioactif ou émulsionnant. Ces molécules sont donc fréquemment en contact avec la peau. En effet, de par sa structure amphiphile particulière, le tensioactif aide à la stabilisation des émulsions, permet la formation de mousse et apporte les propriétés détergentes des produits cosmétiques nettoyants, en solubilisant les corps gras présents en surface. Ces molécules peuvent également interagir avec les composants de la peau.

Une des premières preuves évidente de l’interaction des tensioactifs avec la peau est l’observation des signes cliniques suite à l’exposition prolongée ou chronique à des formules riches en tensioactifs. Ces molécules sont maintenant connues pour engendrer des dermatites de contact d’irritation et font l’objet d’un véritable problème de santé publique concernant les maladies professionnelles aux détergents. Cependant, devant la multitude de tensioactifs présents sur le marché, les mécanismes d’action des tensioactifs sur la peau sont encore mal connus, surtout pour les tensioactifs non ioniques, très utilisés dans les produits de soin et souvent considérés comme non toxiques. Le sodium lauryl sulfate, tensioactif anionique reste à ce jour, la molécule modèle couramment étudiée.

La toxicité cutanée est le plus souvent reliée à l’interaction du tensioactif avec les protéines, molécules chargées. De ce fait, les tensioactifs ioniques sont considérés comme étant les plus toxiques pour la peau. De plus, la forme monomérique du tensioactif est décrite comme l’entité responsable de la toxicité cutanée, s’insérant plus facilement dans la bicouche lipidique et pouvant ainsi pénétrer plus facilement dans la peau que sous la forme de micelles. La toxicité du tensioactif est donc également reliée à sa concentration micellaire critique.

L’objectif de ce projet de recherche était d’approfondir les connaissances sur différentes propriétés physicochimiques de nombreuses classes de tensioactifs, afin de mieux comprendre leurs interactions ainsi que leurs effets sur la peau. Plusieurs niveaux d’études ont été développés. Après une analyse physicochimique des tensioactifs détaillée, des mesures in vitro ont permis d’évaluer l’effet du tensioactif sur la toxicité cutanée. L’étude portant sur la fonction barrière de la peau (propriétés de surface/détergence, organisation de la matrice lipidique et évaluation de l’extraction lipidique) a été menée via des expérimentations ex vivo, et enfin des mesures d’hydratation cutanée ont été réalisées in vivo.

Nos études ont montré une toxicité notable de certains tensioactifs non ioniques et a contrario certains tensioactifs ioniques se sont révélés parfaitement bien tolérés. Les paramètres soulignés dans la littérature tels que la CMC et la charge des tensioactifs ont été remis en question. Plusieurs explications ont été mises en avant considérant l’organisation du tensioactif dans l’eau et son comportement vis-à-vis de la fonction barrière cutanée apportant ainsi de nouvelles pistes pour une meilleure compréhension de l’effet du tensioactif sur la peau.

De plus La toxicité des tensioactifs a pu être reliée à un des trois niveaux de perturbation de la barrière cutanée: la désorganisation de la matrice lipidique.