Le mot de la Directrice

Sous la tutelle de l’Université Lyon 1 et du CNRS, le Laboratoire d’Automatique, de Génie des Procédés et de Génie Pharmaceutique (LAGEPP) est un laboratoire multidisciplinaire qui couvre les domaines du génie des procédés, de l’automatique, du génie des produits, du génie pharmaceutique et de la physicochimie. L’objectif du laboratoire est de conduire des projets de recherche transversaux faisant intervenir des chercheurs de différents champs disciplinaires tout en veillant à maintenir des travaux et expérimentations scientifiques de haut niveau dans chaque champ disciplinaire. Les activités de recherche s’orientent autour de deux grands thèmes scientifiques :

  • Procédés et processus physicochimiques en milieux complexes dispersés et évolutifs (procédé d’élaboration de nanoparticules, cristallisation, lyophilisation).
  • Modélisation dynamique, observation et commande des procédés.

Les travaux couvrent des aspects fondamentaux de compréhension et modélisation des phénomènes jusqu’au développement de produits dans les domaines pharmaceutique, cosmétique, énergie, alimentaire…

Le LAGEPP est structuré en quatre équipes scientifiques qui regroupent les chercheurs et enseignants chercheurs spécialistes des trois domaines disciplinaires clés que sont l’automatique, le génie des procédés et le génie pharmaceutique. Les équipes bénéficient du soutien des collègues du service commun organisé selon les compétences en : service Administratif et Financier, service Ingénierie de Projets, service Analyse et Instrumentation et service Informatique.

Le LAGEPP est situé sur deux sites : le site principal sur le campus Lyon-Tech La Doua (Villeurbanne), dans les locaux de ESCPE Lyon et à la Faculté de Pharmacie (site Rockefeller).

Le LAGEPP développe de nombreuses collaborations académiques et industrielles, sous la forme de projets institutionnels et de contrats directs (10 projets ANR, 2 projets européens, une dizaine de contrats industriels en cours).

La production scientifique du laboratoire s’élève à plus de 80 publications par an et 12 à 15 docteurs diplômés chaque année.

Stéphanie BRIANÇON